No Home • Yaa Gyasi

Voici un ambitieux roman historique, une gigantesque et passionnante saga familiale retraçant le parcours de sept générations successives descendant d’une même ancêtre ghanéenne, et déroulant ainsi trois siècles d’histoire du peuple africain.

Début du XVIIIe siècle, région de l’actuel Ghana, le business de la traite des esclaves en Afrique atteint son apogée. Maama s’enfuit de la maison en feu de ses maîtres, laissant derrière elle sa fille, encore bébé. Plus tard, Maama se marie et donne naissance à une autre fille. Ces demi-sœurs, qui ignorent respectivement l’existence de l’autre, connaissent un sort très différent. L’une a la « chance » de sceller un bon mariage ; elle et ses descendants resteront sur leurs terres africaines. L’autre est marchandée, traverse l’océan et devient bête de somme dans un champ de coton en Amérique, nouveau monde sur lequel sa descendance luttera sans aucune cesse.

Le lecteur accompagne, en parallèle, l’histoire de ces deux branches issues du même arbre généalogique qui enjambe l’océan, du « Siècle des Lumières » à l’époque actuelle. Dans chaque chapitre, une voix omnisciente fait le focus sur un personnage, représentant de sa génération, et raconte son chemin de vie. Le roman est donc construit à la façon d’un grand balancier entre deux continents, l’Afrique et l’Amérique, remettant ainsi en lumière leur histoire inéluctablement commune.

Yaa Gyasi déploie un texte formidablement elliptique, cinématographique et rythmé, sans toutefois négliger ses personnages, tous complexes et attachants, et leur destin singulier.

Vous vous doutez que l’auteur désire ici, par un jeu de miroirs, mettre en lumière les enjeux sociaux et culturels d’un pan essentiel de l’histoire du peuple africain. Côté Afrique, elle revient tout d’abord sur le juteux commerce des esclaves, et sur ses multiples bénéficiaires (Européens, dirigeants locaux, commerçants…) ; elle interroge ensuite la colonisation, l’évangélisation et la décolonisation, avec leur impact sur les cultures locales aujourd’hui animées par l’American Dream. Côté Amérique, c’est également et bien entendu l’esclavage, racine de la population noire, qui est abordée. Son abolition, qui ne fut longtemps qu’un abstrait concept et la ségrégation de facto non démantelée à ce jour.

Je n’ai fait qu’une bouchée de ce livre captivant certes très romanesque – et c’est pour ça qu’on le dévore – mais engagé, historiquement documenté et intelligemment mené.

© Calmann-Levy, 2017; © Le Livre de Poche, 2018

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *